<img height="1" width="1" style="display:none" src="https://www.facebook.com/tr?id=1291325794385781&amp;ev=PageView&amp;noscript=1">

L'international: penser à tout pour bien vous préparer

IMT-BS_HubSpot_Mock-up-pour-image-vignette-article-inter

Un séjour d’études à l’étranger est une formidable expérience pour vous. ! Vous allez vous doter  de compétences variées et enrichir votre parcours d’une étape qui vous fera mûrir et envisager votre avenir professionnel de manière encore plus positive. Un séjour d’études à l’étranger est une expérience qu’il faut bien préparer, pour en faire une réussite et un tremplin pour l’avenir. Voici des questions auxquelles vous pouvez réfléchir en amont afin de faire des petits obstacles des  épreuves surmontables.

Êtes-vous prêt(e) à quitter la maison pendant plusieurs mois ?

Vous décidez d’aller faire une partie de vos études à l’étranger et quittez le cocon familial pour la première fois. Vous avez peut-être déjà eu l’occasion de voyager par leurs propres moyens? Le fait de partir pendant une durée plus longue n’est pas toujours évident. Après quelques semaines, certains sont victimes d’un coup de blues et ne pensent qu’à une chose : rentrer chez eux.

Pour éviter cela, posez-vous la question suivante : suis-je capable de quitter ma famille et mon entourage proche pendant quelques mois ? Si vous n’en êtes pas sûr(e), pourquoi ne pas choisir une destination proche, qui vous permettra de rentrer au pays après quelques semaines, le temps d’un weekend, par exemple ?

 

S’adapter

Sur les cartes postales et dans les guides touristiques, les pays ont tout pour plaire. Avant de partir pour un séjour d’études, les étudiants  tendance à idéaliser leur destination, quelle qu’elle soit. L’herbe est toujours plus verte de l’autre côté, n’est-ce pas ? Lorsqu’ils arrivent sur place, la réalité peut parfois les décevoir.Avant de partir, renseignez-vous sur les forums, les blogs et les réseaux sociaux afin de savoir ce qu’est « la vraie vie » dans le pays de votre choix. N’ayez pas peur de lire ou d’entendre les difficultés que d’autres personnes ont eu à surmonter. Mieux vous vous y préparez, plus facile ce sera pour vous !

 

Nouer des relations

Partir pour un séjour d’études à l’étranger rime avec « partir seul ». Même s’il y a d’autres étudiants français sur place, il faut se prendre en charge pour le quotidien comme pour les études. Trouver un logement, ouvrir un compte bancaire (cela peut être utile !), gérer certaines formalités administratives, assumer les tâches du quotidien…

Et la question de l’entourage sur place doit également se poser, en amont. Elle commence dès le moment où vous devrez choisir votre logement : dans une résidence universitaire avec d’autres étudiants ? Dans une famille ? Seul(e) ? En colocation ? Chaque mode de logement possède ses avantages et inconvénients liés à votre propre personne, à vos préférences et à votre caractère. Encore une fois, n’idéalisez pas ! Restez sincère avec vous-même et faites le bon choix… pour vous !

 

Apprécier une forme d’enseignement différente

Quitter son école ou son université pour aller étudier ailleurs, c’est également se frotter à des méthodes d’enseignement différentes, des programmes et des styles qui varient beaucoup d’un pays à l’autre, ce qui peut parfois être déstabilisant pour les étudiants. Alors que dans certains pays, on privilégie des approches comme la classe inversée ou le blended learning (au Canada, par exemple), d’autres laissent aux étudiants une grande autonomie, basant les cours sur une problématique définie, comme en Italie par exemple. De même, selon les pays, le corps enseignant est plus ou moins proche des jeunes…

Pour éviter un choc culturel lors de vos premières journées de cours, informez-vous quant aux formats pédagogiques utilisés dans le pays que vous avez choisi. Étudiez la manière dont ces formats s’opèrent en posant des questions à des étudiants qui en ont déjà fait l’expérience.

 

Anticiper son  retour au pays

Penser au retour avant même d’être parti(e) ? Quelle idée ! Et pourtant… Ce que le journal Le Monde appelle le « syndrome post-Erasmus », même s’il ne dure pas longtemps, doit être appréhendé. Il est notamment marqué par le retour à la « vie d’avant » et le fait de faire face à des amis et des membres de la famille qui ont continué d’exister pendant votre absence. Ainsi, les étudiants qui subissent le choc du retour ont l’impression d’avoir changé alors que leur environnement est resté le même. Un moment que certains qualifient de « déstabilisant », voire même « fatiguant ».

Revenir au pays sans subir le syndrome post-Erasmus, c’est possible. D’abord, il faut être conscient que ce syndrome existe. Ensuite, il peut être surmonté en gardant contact avec votre famille et vos amis pendant votre séjour, afin de rester proches. Enfin, l’idée d’un nouveau départ, un nouveau projet, peut contribuer à vous faire voir l’avenir sous un meilleur angle… À méditer bien avant le retour !

pourquoi faire une partie de ses études à l'étranger

Gagnez votre pass pour Viva Technology !
Bien s'organiser pour travailler moins et gagner plus