<img height="1" width="1" style="display:none" src="https://www.facebook.com/tr?id=1291325794385781&amp;ev=PageView&amp;noscript=1">

Dans la peau d'un examinateur

Dans la peau dun examinateur

S’il est bien connu que le stress gagne bon nombre de candidats aux oraux des écoles de commerce, il est rarement fait état des émotions, des pensées et du ressenti des examinateurs. Avoir une vision complète de l’entretien oral permet néanmoins d’aborder les choses avec plus de sérénité et d’être mieux préparé. Et si vous vous mettiez dans la peau d’un examinateur ?

 

Quel est le rôle des examinateurs, membres du jury

Il est important de vous souvenir, lors de votre entretien oral, que le jury n’est pas là pour vous juger. En revanche, les examinateurs sont présents pour vérifier l’adéquation entre votre profil, vos projets et l’école. Généralement, les membres du jury sont sélectionnés pour leur bienveillance et leur capacité à apprécier les qualités des candidats, tant au niveau de la communication que de la motivation.

 

Comment s’organise la préparation des membres du jury ?

Lorsqu’ils participent aux journées d’entretiens oraux, les examinateurs ont un cahier des charges précis. La plupart d’entre eux participent aux oraux depuis plusieurs années, rencontrant jusqu’à une trentaine de personnes par jour. Bien évidemment, plus la journée passe, plus la fatigue se fait ressentir. Il est important, pour les candidats, de prendre ceci en compte : la réaction ou, au contraire, le manque de réaction des examinateurs à une heure tardive de la journée ou juste après la pause déjeuner ne signifie pas nécessairement l’échec assuré !

 

Besoin d’exemples, de preuves

Au-delà de l’appréciation de la capacité des candidats à s’exprimer à l’oral, les membres du jury attendent des preuves, des illustrations, des exemples uniques. Si un candidat parle de l’une de ses qualités, quelle(s) expérience(s) met-il en avant pour le(s) justifier ? Ce besoin, de la part des examinateurs, est très intéressant, dans la mesure où il peut donner lieu à des histoires et des anecdotes. Ce sont ces mêmes éléments, s’ils sont bien décrits et bien racontés, qui resteront dans l’esprit du jury au moment de la délibération.

 

Besoin d’être rassurés

Lors des oraux, les examinateurs souhaitent optimiser leur temps. À ce titre, il est bien évident que leur réaction ne sera pas positive devant un candidat mal préparé. Si ce dernier montre une connaissance sommaire de l’école et de ses spécificités, cela se traduira par un manque d’intérêt, quels que soient le profil et la personnalité du candidat en question. En revanche, un candidat qui se présente en utilisant des éléments propres à l’école tout en les mettant en parallèle avec ses propres intérêts, cela suscitera l’intérêt et l’enthousiasme des examinateurs. À la fin de l’entretien, ces derniers doivent être rassurés quant à la sincérité du candidat par rapport à son choix d’établissement.

 

Une attitude communicative

Les examinateurs en sont bien conscients : le jour des oraux, pour la quasi-totalité des candidats, est un jour important au cours duquel ils font un effort, tant au niveau de leur apparence que de leur discours et de leur gestuelle. Néanmoins, ils ont également conscience que les candidats retenus seront ceux qui intégreront l’école au cours de la prochaine rentrée. Il est donc important que les nouveaux se mêlent aisément aux anciens afin d’assurer une homogénéité saine et productive. Ainsi, les examinateurs réagissent positivement aux étudiants dont le sourire, l’enthousiasme, le ton et le contact visuel font preuve d’une attitude communicative.

 

Une ouverture sur le monde

Alors qu’ils ont eu la tête plongée dans les cahiers et les manuels au cours de deux, voire trois années de prépa, les candidats aux oraux des écoles de commerce doivent également faire preuve d’ouverture sur le monde. Même pour ceux qui n’ont pas eu l’occasion de voyager, il est tout à fait possible de faire part de leur envie d’aller « voir ailleurs ». A l’ère du nomadisme digital, les esprits voyageurs témoignent d’une lucidité par rapport à leur avenir, montrant également qu’ils sont capables de sortir de leur zone de confort culturel afin de se lancer sur des nouveaux projets, prêts à affronter les défis du monde moderne.

 

De la sincérité

Lorsque l’on interroge les examinateurs par rapport à leur expérience des oraux, nombre d’entre eux font part de candidats cherchant à les impressionner, pensant qu’ils savent exactement ce que les membres du jury ont envie d’entendre. Les candidats oublient souvent qu’ils ne sont pas jugés sur leur point de vue, mais sur la cohérence de leurs arguments qu’ils doivent présenter avec conviction. Avant tout, les candidats doivent être sincères : il est donc parfaitement inutile de préparer des phrases et expressions toutes faites et d’argumenter sur soi-même à l’aide de vérités générales qui manquent de sincérité. Les candidats sincères sont ceux dont le jury se souvient.

 

De l’écoute

Gagnés par le stress, certains candidats se précipitent dans les réponses aux questions du jury. Les oraux ne sont pas une course de vitesse et les candidats ne sont pas jugés sur la rapidité de leur réponse. Les examinateurs apprécient les candidats réfléchis, qui prennent le temps de répondre à une question et qui utilisent les silences à bon escient. Cette attitude prouve également une certaine maturité de la part des candidats, au même titre qu’une capacité d’écoute. En outre, il ne faut pas hésiter à demander une reformulation, si la question posée le justifie.



« Curiosité, ouverture d’esprit et capacité d’écoute sont des qualités valorisantes aux yeux du jury », affirme Quentin Renoul, membre du jury chez Institut Mines-Télécom Business School. La préparation des épreuves orales ne s’improvise pas : se connaître soi-même, maîtriser ses ambitions et ses objectifs, connaître les spécificités de l’école… autant d’éléments qui forment la base même de ce qu’attendent les membres du jury lors des examens oraux des concours.

 

1 (2)

 

 

Réussir son entretien oral d'entrée en école de commerce
Quel type de candidats les écoles de commerce recherchent-elles ?